Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Le Sillage de l'oubli
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Bruce Machart

BRUCE MACHART

Bruce Machart est né au Texas et a grandi à Houston. Il est issu d'une famille d'agriculteurs et passe les premières années de sa vie dans une contrée rurale proche du comté de Lavaca, où se déroule l'intrigue de son premier roman, Le Sillage de l'oubli, publié en 2011. Lors de sa parution, le roman est accueilli par une presse enthousiaste qui trouve dans son univers des accents de Faulkner.

Lire la suite

Du même auteur

Des hommes en devenir
Le Sillage de l'oubli

Le Sillage de l'oubli

Bruce Machart

Traduit de l’anglais par Marc Amfreville

Roman - Fiction

ISBN 978-2-35178-049-7

Parution le January 5, 2012

344 pages - 23,60 Euros

Trouver ce livre en librairie

Résumé

Texas, 1895. Un propriétaire terrien voit la seule femme qu'il a jamais aimée mourir en mettant au monde leur quatrième fils, Karel. Vaincu par la douleur, l'homme entraîne ses enfants dans une vie austère et brutale. Pour lui, seuls comptent désormais ses chevaux de course montés par Karel, et les paris qu'il lance contre ses voisins pour gagner toujours plus de terres. Mais l'enjeu est tout autre lorsqu'un propriétaire espagnol lui propose un pari insolite qui engage l'avenir des quatre frères. Karel s'élance dans une course décisive, avec pour adversaire une jeune fille qui déjà l'obsède.

 

Premier roman éblouissant, Le Sillage de l'oubli a valu à son auteur d'être comparé par une presse américaine enthousiaste à William Faulkner. À travers une écriture vertigineuse, Bruce Machart dresse le portrait sans concession d'une famille déchirée en quête de rédemption.

Vidéos

Entretien avec Bruce Machart
Wake of Forgiveness: A novel by Bruce Machart
Rencontre avec Bruce Machart - Le sillage de l'oubli

Presse

Un décor fin du monde. Des journées d'orage balayées par des vents aussi affolants que l'haleine du diable. […] Un premier roman déchirant à la grâce féroce.

Ce n'est pas une découverte, c'est un choc. Un chef-d'œuvre.

Une belle saga d'avant John Wayne.

Un roman aux allures de tragédie terrienne, dense, lente et entêtante, imprégnée de l'odeur des labours et des écuries, du tabac et du whiskey. Une fresque familiale au long cours portée par un authentique souffle narratif.

Un roman étincelant […]. Des pages brûlantes au goût de sang, éloge au temps qui passe, hymne vibrant à ces familles qui peuplèrent les terres qui l'ont vu naître un siècle plus tard.

Un roman-ouragan.

La grâce féroce [...] d'un jeune écrivain déjà virtuose.

Un roman superbe [...] une prose sensuelle presque hypnotique.

Bruce Machart conte magnifiquement l'histoire de la douloureuse rédemption d'une famille qui s'abîme dans la haine. Dans son très beau Sillage de l'oubli, Bruce Machart donne vie à des personnages dont la vie est marquée du sceau de la tragédie.

Un prodigieux coup d'essai.

Un western lyrique et poignant.

Bruce Machart, un auteur du Texas… Il met un pick-up dans chaque nouvelle. Son premier roman, Le Sillage de l'oubli, est un modèle de structure. Et ses nouvelles sont magnifiques. Les Français ne savent plus faire de nouvelles. Son écriture est parfaite.

Si vous aimez les grands espaces, les chevauchées sauvages, les sentiments ardents, les fresques familiales tragiques, vous allez adorer Le Sillage de l'oubli

L'écriture est d'une force qui étonne d'un bout à l'autre. Une grande découverte.

Un chef-d'œuvre servi par une langue somptueuse.

Pays et hommes en symbiose, le cœur dur mais des rêves jusqu'à l'horizon, forment à parts égales l'étoffe de ce beau roman.

Écriture forte, troublante et déchirante.

Un fabuleux premier roman. Un western en puissance.

Une histoire de l'Amérique à la valeur universelle et intemporelle.

Un récit de colère, de souffrance, de haine et de rédemption.

Une prouesse aux accents faulknériens.

Son livre, qui est rythmé, sensible, poignant, est une ode aux forces de la nature, seules capables de rendre aux hommes qui l'auraient perdu le goût, sinon le sens de la vie.

La majesté de son écriture, la puissance de ses évocations, son sens visuel des scènes – la décisive course de chevaux ou le dramatique incendie, notamment –, une subtile construction temporelle concourent à donner au récit son ampleur, à fonder sa maîtrise.

Un drame américain poignant.

La prose de Bruce Machart est si évocatrice que vous pouvez sentir l’odeur du tabac bon marché et de l’alcool de maïs des hommes, sentir la terre aride qu’ils amadouent pour en extraire leurs récoltes.

L’histoire bouleversante de Bruce Machart se déroule avec lyrisme et sensualité, portée par une prose pleine de finesse.

Intense, rythmé et impossible à lâcher.

De la littérature pure.

Les libraires en parlent

Il y avait longtemps, un très long temps, qu’un roman d’amour, de fraternité, d’humanité, abrupt et crépusculaire, presque insolite en son contexte, m’ait embarqué avec une telle gourmandise et une si grande impatience. Me reste le fol espoir que le fils de Karel trouve grâce aux yeux de Bruce et me garde au chevet de sa propre histoire...

EXCEPTIONNEL ! Partez pour le Texas. Fin XIXe. Imaginez l’austérité d’un père, la fureur de ses fils, un amour foudroyant et une sourde vengeance. Lisez cette épopée familiale éblouissante sur fond d’espaces grandioses. Et devenez fous de ce formidable roman.

Une fois de plus, les éditions Gallmeister ont déniché un petit bijou de nature writing comme il faut, un texte qui raconte en toile de fond les paysages du Texas tout juste explorés et un morceau de l’histoire du continent nord-américain.

Cette histoire magnifique, toute en force et en grâce, ressemble un peu à la course de ces magnifiques chevaux dont le galop cadence le récit.

C’est dur, c’est rude, c’est âpre, ça sent le cheval, l’alcool et les coups de cravaches. Mais ne vous y trompez pas, derrière tout cela se cache ce qu’il faut de lyrisme, d’images fortes, de drames familiaux, de sentiments et d’amours déçues pour vous tenir en selle du début à la fin. L’ami Bruce a l’art de raconter des histoires. C’est bon, c’est Gallmeister.