Éditions Gallmeister, des livres à vivre
À chacun sa mort
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Ross Macdonald

ROSS MACDONALD

Ross Macdonald, de son vrai nom Kenneth Millar, naît en 1915 en Californie. Lorsqu’il est âgé de quatre ans, sa famille s’installe au Canada. Son père quitte alors le foyer familial et le jeune garçon grandit dans la pauvreté. Il connaît une adolescence violente, à la limite de la délinquance.…

Lire la suite

Du même auteur

Trouver une victimeLe Corbillard zébréLe Sourire d'IvoireLe Cas WycherlyL'Affaire GaltonLes Oiseaux de malheurLa Côte barbareTrouver une victimeNoyade en eau douceCible mouvante

À chacun sa mort

Ross Macdonald

Traduit de l‘anglais par Jacques Mailhos

Une enquête de Lew Archer

Roman - Totem n°29

ISBN 978-2-35178-684-0

Parution le May 7, 2013

272 pages - 10,00 Euros

Trouver ce livre en librairie

Extrait
La maison était sise à Santa Monica, dans une rue perpendiculaire aux grands boulevards, à portée de voix de la corniche et portée de tir de l’océan. C’était le genre de rue où les gens pouvaient naguère se vanter d’habiter, mais qui avait perdu ses titres de gloire au cours de ces dernières années. Les maisons y avaient trop d’étages, trop peu de fenêtres et pas assez de peinture. […] Même les palmiers qui bordaient cette rue semblaient avoir laissé leurs beaux jours derrière eux et commençaient à perdre leurs cheveux.

Résumé

Dans une maison décrépite de Santa Monica, une veuve glisse dans la main de Lew Archer 50 dollars pour qu’il retrouve sa fille Galatea, disparue depuis Noël. Ça n’est pas cher payé et les indices sont minces, mais une photo de la séduisante jeune femme achève de convaincre le détective. Galatea semble en danger : elle a été vue pour la dernière fois en compagnie d’un malfrat notoire. Des quartiers pauvres de San Francisco aux villas de Palm Springs, dans un monde gouverné par les commerces illicites, les cadavres s’accumulent et la ravissante disparue mène un jeu des plus troubles.

 

Presse

Ross Macdonald insuffle continûment une forme de désenchantement et d'ironie acide à son récit. D'un trait, le narrateur, Lew Archer, dégonfle la vanité des gommeux, réduisant à néant leur esprit de sérieux et leur prétention à l'élégance.

Derrière son privé Lew Archer, Ross Macdonald décortique l'Amérique des nantis d'une plume cinglante. […] Une écriture moderne, tendue à l'extrême, et un goût pour le réalisme social qui se renforcera au fil des livres.

La meilleure série d’histoires de détective privé jamais écrite par un Américain.

Du grand art noir.

Alors que personne n’y prêtait attention – ou plutôt quand tout le monde regardait dans la mauvaise direction –, un auteur de polar est devenu l’un des plus grands romanciers américains.

Écriture précise, effets dégraissés, intrigue qui emprunte au réalisme social, émotion retenue. Face à une littérature de genre qui joue parfois la surenchère pour cacher sa médiocrité, le classicisme a toujours du bon.

Ross Macdonald est tout simplement l’un des meilleurs.

L’enseignement principal, je l’ai tiré de Lew Archer, ce personnage sans amour qui s'exprime avec la voix de la passion.

Le sens de la formule, des ambiances et des situations, associé à des personnages denses nourrissent à juste titre la réputation de cet auteur admirable.

C'est du hard-boiled comme on les aime, qui se lit d'une traite, et il y en a 18 comme ça !

Le détective privé américain, immortalisé par Hammett, peaufiné par Chandler, amené à son zénith par Macdonald.