Éditions Gallmeister, des livres à vivre
Lettres pour le monde sauvage
Partager sur Facebook

Télécharger

La couvertureLa photo de l'auteurLe dossier de presse
Wallace Stegner

WALLACE STEGNER

Wallace Stegner est né le 18 février 1909 à Lake Mills, dans l’Iowa. Romancier, nouvelliste, historien, professeur et militant écologiste, celui qu’on appelle souvent le « doyen des écrivains de l’Ouest » (« Dean of Western Writers ») s’est imposé aussi bien à travers ses textes de fiction que ses essais.…

Lire la suite

Du même auteur

L'Envers du tempsLettres pour le monde sauvage
Le Goût sucré des pommes sauvagesUne journée d'automneEn lieu sûrLa Montagne en sucre

Lettres pour le monde sauvage

Wallace Stegner

Traduit de l‘anglais par Anatole Pons-Reumaux

Récits - Totem n°178

ISBN 978-2-35178-780-9

Parution le February 4, 2021

208 pages - 8,90 Euros


Trouver ce livre en librairie

Extrait
Quand le soleil tomba derrière la crête, les ombres se rafraîchirent abruptement ; la soirée s’attarda jusqu’à ce que l’écume de l’eau spectrale scintille dans la pénombre. Les aulnes pris dans le courant se découpaient tels des êtres vivants, et le bruit s’amplifiait. Il était précieux et réconfortant de s’éveiller tard et d’entendre la clameur discontinue de l’eau dans la nuit. Et celle-ci se poursuivait au lever du jour, puissante et incessante, le soleil de biais entortillé dans son arc-en-ciel vaporeux, l’herbe bleue d’humidité, et l’air grisant comme l’éther, parfumé de la fumée du feu de camp.

Résumé

Écrivain majeur de l'Ouest américain, Wallace Stegner a grandi au début du XXe siècle dans la région des Prairies, au nord du Montana et du Dakota. Évoquant les trésors, les mirages et les gens de passage, l’auteur livre ici un témoignage sur un monde qui n’est plus. Mais un monde qui lui a appris à tendre l’oreille au bruit de l’eau des montagnes et à respecter des valeurs héroïques comme la grandeur d’âme et la dignité. Un monde qui a fourni la matière essentielle à son œuvre et à son engagement politique pour la préservation d’une nature vierge. 

 

Mêlant récits autobiographiques et réflexions sur l’environnement, Lettres pour le monde sauvage donne à voir la complexité de la vie dans l’Ouest, la beauté immaculée de ses paysages et les hommes qui ont fait l’Amérique d’aujourd’hui. 

Presse

Un écrivain comme un baume, résigné et vivant, circonspect et révolté. Une merveille, en somme.

Si la lecture du recueil Lettres pour le monde sauvage est chavirée par des sensations d'été, de bonheur d'être au monde, c'est que la mémoire des paysages est, chez Wallace Stegner, extraordinairement active.

C ‘est un témoignage sur ce qu’était l’Ouest américain au début du XXe siècle, et c’est une grande bouffée d’air, et c’est magnifique.

Un livre idéal pour découvrir cet immense écrivain, pionnier du nature writing.

Wallace Stegner a peaufiné une rare acuité sensorielle qui irrigue son œuvre et ces lettres, témoignant d'un monde évanoui. Reste la musique d'une écriture aux images forgées dès l'enfance, titillant l'envie de partir vers les extrêmes d'une nature précieuse, l'émerveillement collé aux semelles.

D’une rivière de montagne au « paradis des chevaux » dans le Grand Canyon, [Wallace Stegner] décrit comme personne, dans tous leurs frémissements et nuances, ces étendues « ouvertes, magnifiques, indolentes, proches de tout dieu que vous voudrez bien y voir ».

Entrer dans ces magnifiques Lettres pour le monde sauvage, c'est saisir son bâton de marche puis, au son de Peer Gynt, prendre la piste pour ne pas perdre définitivement son humanité, en rétablissant le contact avec la terre naturelle et charnelle.

Son amour pour une nature préservée et pour l’Ouest est éclatant.

Prix Pulitzer en 1972, Wallace Stegner n’a eu de cesse sa vie durant de rendre hommage à l’Ouest américain, trop souvent méprisé par la côte Est.

Enchanteur, déchirant, éminemment estimable.

Les libraires en parlent

Si ce sont bien ses souvenirs d'enfance, restés intacts, que ce maitre du Nature Writing du début du XXe siècle nous livre ici, ces douze courts textes constituent aussi un hymne vibrant à la nécessaire préservation de la nature. 

Ne demandez pas de résumer ce que ce petit livre raconte, tant il est riche. S’y mêlent avec bonheur notes autobiographiques émouvantes et considérations, graves ou amusées, mais toujours savantes, sur l’Ouest américain dans ses dimensions aussi bien géographiques que sociales et culturelles.

Une magnifique description des paysages et des sentiments humains.