ROMAN

TOTEM

ISBN 978-2-35178-519-5

Parution le 07/05/2012

288 pages

10,00 euros

LIRE UN EXTRAIT

Une enquête de Lew Archer

Dans le quartier huppé de Nopal Valley, en Californie, Lew Archer est engagé pour enquêter sur une lettre anonyme accusant sa cliente, Maude Slocum, d'adultère. À aucun prix, ces allégations ne doivent parvenir jusqu'à son mari. Profitant d'une fête organisée chez les Slocum, le détective se mêle aux invités. La soirée est interrompue par une macabre découverte : celle du corps de la belle-mère de Maude, flottant dans la piscine. Les soupçons se portent immédiatement sur son fainéant de fils et sa trop séduisante petite-fille, premiers héritiers de la fortune colossale de la vieille dame. C'est désormais une double enquête qu'Archer doit mener, sur les traces d'un corbeau et d'un meurtrier.

 

Cette nouvelle enquête de Lew Archer nous entraîne dans un univers trouble de faux-semblants où les victimes semblent avoir autant à cacher que leurs assassins.

À PROPOS DU LIVRE

Ross Macdonald est un des plus grands noms du roman noir américain. Publié à partir de 1953 par les Presses de la Cité, puis par J'ai Lu en 1988 et par 10/18 en 1997, ses romans avaient toujours fait l'objet de traductions tronquées et approximatives. Il est enfin (re)traduit. Lew Archer a été incarné deux fois au cinéma par Paul Newman (Détective, en 1966 et La Toile d'araignée, en 1975). De Paul Auster à James Ellroy, en passant par Michael Connelly, Lawrence Block ou Eudora Welty, un grand nombre d'auteurs américains reconnaissent le talent de Ross Macdonald.

Pourquoi une nouvelle traduction ? Télécharger le fichier.

 

Écouter l'extrait lu par Les Livreurs.

DANS LA PRESSE

Derrière son privé Lew Archer, Ross Macdonald décortique l'Amérique des nantis d'une plume cinglante. […] Une écriture moderne, tendue à l'extrême, et un goût pour le réalisme social qui se renforcera au fil des livres.

Christine Ferniot, TÉLÉRAMA

 

L'intrigue est en béton armé, la construction parfaite, la langue soignée (récit au passé simple). Les flatteurs ne s'y trompent pas : Macdonald est une étoile.

Marine de Tilly, LE POINT

 

Du grand art noir.

Delphine Peras, LIRE

 

Écriture précise, effets dégraissés, intrigue qui emprunte au réalisme social, émotion retenue. Face à une littérature de genre qui joue parfois la surenchère pour cacher sa médiocrité, le classicisme a toujours du bon.

Éric Libiot, L'EXPRESS

 

Le sens de la formule, des ambiances et des situations associés à des personnages denses nourrissent à juste titre la réputation de cet auteur admirable.

Jérôme Caron, POINT DE VUE

 

Brute, alerte, tiraillée par des images lumineuses, l'écriture de Ross Macdonald paraît toujours sur le point de basculer, comme un diamant sur un vinyle rayé.

Clémentine Thiebault & Mikaël Demets, 813

 

Moderne et bien critique.

VOICI

 

Couleur polar, embarquement immédiat, dépaysement garanti : Ross Macdonald joue sa petite musique à la perfection, il suffit de se laisser porter, et son détective se frotte ou se cogne à la vie, à celle d'un rêve américain vacillant comme un regard d'insomniaque.

Michel Loetscher, LES AFFICHES MONITEUR

 

Grâce à Jacques Mailhos, la traduction est bien meilleure, pour ne rien dire d'une mise en page plus aérée.

Thibaut Kaeser, L'ÉCHO MAGAZINE

 

C'est une vraie redécouverte : la finesse du personnage, la rigueur sèche de l'écriture, l'énergie des dialogues en sortent transfigurées, et des scènes entières de description retrouvent leur place.

Hubert Prolongeau, MARIANNE - LE MAGAZINE LITTÉRAIRE

 

La meilleure série d’histoires de détective privé jamais écrite par un Américain.

William Goldman

 

Bonne nouvelle pour les amateurs de polars hardboiled.

L'EXPRESS STYLES

 

Le dernier grand du roman policier américain.

Paul Auster

 

Un héros aussi attachant que sombre.

Claude Combet, LIVRES HEBDO

 

L’enseignement principal, je l’ai tiré de Lew Archer, ce personnage sans amour qui s'exprime avec la voix de la passion.

James Ellroy

 

Grande nouvelle pour les amateurs du roman policier.

Richard Sourgnes, LE RÉPUBLICAIN LORRAIN

 

Des enquêtes sensibles sur les méfaits du monde et l'œuvre du temps.

Gilles Magnions, LE MATRICULE DES ANGES

 

Deux joyaux du polar qui n'ont pas pris une ride.

LA LIBERTÉ

 

Deux perles de 288 pages ; d'autres bijoux suivront. Grâce à Jacques Mailhos, la traduction est bien meilleure, pour ne rien dire d'une mise en page plus aérée.

Thibaut Kaeser, L'ÉCHO MAGAZINE

 

Un cadeau de choix aux lecteurs et amateurs de polar.

TAGEBLATT

 

Voir tout

L'auteur

photo auteur Biographie

DU MÊME AUTEUR

  • Les Oiseaux de malheur
  • La Côte barbare
  • Trouver une victime
  • Le Sourire d'ivoire
  • À chacun sa mort
  • Cible mouvante