ROMAN

TOTEM

ISBN 978-2-35178-603-1

Parution le 05/11/2015

256 pages

8,80 euros

LIRE UN EXTRAIT

Décembre 1917. Une compagnie de marines est envoyée au front, en France. Pour la première fois, les hommes de la Compagnie K découvrent la guerre : balles qui sifflent, ordres absurdes, la pluie et le froid, la tentation de déserter. Les cent treize soldats qui composent cette compagnie prennent tour à tour la parole pour raconter leur guerre, les guerres, décrire près d’un an de combats, puis le retour au pays pour les traumatisés, les blessés, ceux hantés à jamais.

 

Tableau saisissant de la Grande Guerre, roman inoubliable salué comme un chef-d’œuvre, Compagnie K  est le grand classique américain sur la Première Guerre mondiale.

DANS LA PRESSE

Une fois rassemblés, ils composent un tableau effrayant où voisinent le tragique et l'absurde, la pesanteur de l'attente et la brutalité de l'assaut. March mettra dix ans à finir ce texte, paru en 1933, devenu un grand classique.

Christine Ferniot, TÉLÉRAMA

 

Par la sécheresse de son style, sa forme chorale et fragmentaire, Compagnie K est une fresque pointilliste exécutée au fusain et à la sanguine […] On en sort la gorge nouée.

Macha Séry, LE MONDE DES LIVRES

 

March raconte la boue, le sang, l'effroi. Il fait ça avec des phrases sèches comme des sarments de vigne, une simplicité qui crève le cœur.

Éric Neuhoff, LE FIGARO LITTÉRAIRE

 

Scènes de quelques secondes, séquences de plusieurs semaines, brutalité de l'instant ou attentes interminables, ces temps différents se déclinent au long de ces témoignages fictifs, qui composent un roman magistral, pulvérisant tous les bons sentiments.

Gilles Heuré, TÉLÉRAMA

 

Il y a quelque chose d'extraordinaire dans le courage de William March écrivain, sa capacité à ne jamais s'enfuir, ne jamais reculer face à aucun événement ni aucune sensation.

Mathieu Lindon, LIBÉRATION

 

On se demande pourquoi une telle œuvre n'a pas été traduite plus tôt. Sa remise en cause de l'iconographie guerrière, si chère aux mythes fondateurs des identités nationales, y est certainement pour quelque chose. Ce roman, encensé à sa sortie, n'a jamais connu le succès qu'il méritait. Il serait temps que les choses changent…

Emmanuel Romer, LA CROIX

 

Compagnie K est un récit apocalyptique, où les morts surgissent d'outre-tombe en dénonçant la guerre, toutes les formes de guerre. Et où les rescapés ne trouvent pas de mots assez forts pour nommer l'innommable. Froide comme un linceul, l'écriture de William March nous glace d'effroi.

André Clavel, L'EXPRESS

 

Il faudra absolument ouvrir ce roman.

Alain Léauthier, MARIANNE

 

L'idée est géniale. Donner la parole à 115 bonshommes de sa compagnie, du simple soldat au capitaine, qui, tour à tour, en une ou deux pages, racontent une scène résumant à elle seule leur guerre, et toute la guerre. […] Chaque pièce est un petit chef-d'œuvre.

François-Guillaume Lorrain, LE POINT

 

Une merveille […]. C'est une étrange et étourdissante ballade écrite au rasoir, au milieu des feux follets, qui cent ans plus tard, continuent de sourdre de ces glaises du Nord gorgées de cadavres.

Paulin Césari, LE FIGARO MAGAZINE

 

Poignant et essentiel.

Alexandre Fillon, LIRE

 

Chacun des récits, plutôt courts, est comme un éclair qui illumine la guerre sous toutes ses facettes : c'est tragique, drôle, absurde, émouvant, horrible, désespéré, glorieux tout à la fois. Pas de théorie, des faits racontés d'une écriture limpide et belle.

André Rollin, LE CANARD ENCHAÎNÉ

 

Compagnie K tourne le dos au sentimentalisme habituel des récits de guerre.

Martin-Pierre Baudry, CHRO

 

C'est LE chef-d'œuvre américain sur la guerre des tranchées. Une fresque magnifique qui donne voix à toutes les victimes anonymes.

Yves Viollier, LA VIE

 

Ces cent quinze récits à vif incarnent les millions d'hommes pris dans la tourmente de la Grande Guerre. Ces cent quinze soldats de la compagnie K rappellent que cette troupe en uniforme était faite d'individus seuls et uniques. Grattant la boue et le sang, William March retrouve l'homme en chair et en os, l'homme corps et âme.

Jean-Michel Ulmann, NOTRE TEMPS

 

Un chef-d'œuvre cru de souffrance, de réalisme et d'ironie sur la Grande Guerre. Et un événement de cette rentrée littéraire.

Thibaut Kaeser, L'ÉCHO

 

Voir tout

LES LIBRAIRES EN PARLENT

William March est un auteur qui n’ignore rien du fracas de la guerre. Et rien de ce que peut éprouver l’homme jeté dans le tumulte de l’Histoire ne semble lui être étranger. Il contourne magistralement la difficulté consistant à ne rien nous épargner de la sueur, du sang et des larmes versés par la Compagnie K puisque la forme courte qu’il s’impose -chaque soldat n’a que quelques pages pour se livrer- lui évite de s’appesantir. Les instants de paix qui illuminent parfois ce chaos n’en sont que plus fugaces. Et cette fugacité de l’instant, qu’il soit triste ou beau, rend ce livre inoubliable.

Le Merle Moqueur Nation - Paris

 

On en prend plein la tronche, l'écriture est sèche, désabusée, et va droit au cœur de l'humain. Un roman bouleversant et sensationnel.

Coiffard - Nantes

 

Bah, mon gars, tu vois, pour que je lise de la littérature de guerre faut se lever tôt. Voire même pas se coucher du tout parce qu'en général ça finit dans la pile "on verra bien quel meuble je vais pouvoir caler avec ça". Et quand ça se passe pendant la Première Guerre mondiale, c'est carrément "qui je déteste au point de lui offrir un bouquin archi relou ?"

Comme quoi, tu vois, des fois ça tient à pas grand-chose, une bonne maison d'édition, une lecture fluide, agréable, qui coule aussi vite que le sauveur dans le fond de la gorge.

Voilà, moi j'ai suffoqué, j'ai stressé, j'me suis plongé dans la tête des hommes passés en revue jusqu'à m'en perdre.

Oublie tout c'que t'as pu lire jusqu'à maintenant si t'es fan de ce genre de litté, et si comme moi t'as pas l'habitude que ça te fasse bander, voilà de quoi virer ta cuti en 260 pages.

C'est tout bon !

 

L'Ouvre-boîte - Paris

 

Tout ce qui fait l'horreur, et tout ce que fut 14-18. Unique et bouleversant.

Calligrammes - La Rochelle

 

Un roman magnifique, à la fois poignant, violent, émouvant.

Au brouillon de culture - Caen

 

Récit exceptionnel !

Atout livre - Paris

 

Un livre touchant sur cette guerre de tranchées mangeuse d'hommes et les traumatismes qu'elle a engendrés.

À La Lettre Thé - Morlaix

 

Ce récit n’a pas pris une ride. Il dit toutes les guerres et les réactions humaines face à l’horreur dans une langue brute et sans artifices. On sort de ce roman choral sonné et la gorge serrée.

Terre des livres - Lyon

 

Un roman-mosaïque MAGISTRAL sur la guerre, toutes les guerres, à lire de toute urgence !

Pax - Liège - Belgique

 

Voir tout

L'auteur

photo auteur Biographie

DU MÊME AUTEUR

  • Compagnie K